Honey, what do you do for money?

Par défaut

ob_3066ab_bbbbbbbbb

Article à lire de Liberation sur la conjoncture actuelle du monde de la musique, et plus particulièrement celle des festivals.

EXTRAITS

« Le développement des activités hexagonales de Live Nation, avec le lancement des versions françaises du festival metal Download (2016) et du Lollapalooza (2017), et le rachat de 50% de Rock en Seine à Matthieu Pigasse par AEG (2018) ont inquiété de nombreux indépendants. Mais l’offensive française des Américains ne se passe pas aussi facilement que certains oracles l’avaient prévu. La première édition de Rock en Seine version AEG a été un four, avec une fréquentation en baisse de 18%. Au même moment, le Paris Summer Jam, organisé par Live Nation, ne s’est rempli qu’à moitié. Mais c’est sur le front du metal que le géant américain souffre le plus : alors que ses concurrents Hellfest et Motocultor, tous deux organisés par des associations, se déroulent à guichets fermés, la déclinaison française du Download s’est vautrée elle aussi avec officiellement 120 000 entrées en quatre jours mais, selon tous les professionnels consultés, en réalité moins de 90 000 (versus 180 000 en trois jours pour le Hellfest). »

[…]

« Comme les Vieilles Charrues et Solidays, les deux plus gros festivals français, le Hellfest est organisé par une association à but non lucratif. Cette année les 60 000 «pass trois jours» du plus gros festival metal français se sont écoulés en moins de deux heures, un record dans notre pays. Ben Barbaud, le président du Hellfest, commente l’échec du Download de Live Nation : ‘On dirait qu’ils n’ont pas compris qu’un festival ce n’est pas comme un concert de Beyoncé qui peut être reproduit à l’identique partout sur la planète. Un festival, c’est une histoire, ça a une âme. Ces grosses sociétés donnent l’impression qu’elles croient qu’il suffit d’allonger les biftons pour se construire une âme mais ça ne fonctionne pas comme ça ! Dans le metal, la légitimité est importante et il a fallu des années pour que le Hellfest devienne ce qu’il est aujourd’hui’. »

CONCLUONS EN MUSIQUE

« You’re working in bars
Riding in cars
Never gonna give it for free
Your apartment with a view
On the finest avenue
Looking at your beat on the street
You’re always pushing, shoving
Satisfied with nothing
You bitch, you must be getting old
So stop your love on the road
All your digging for gold
You make me wonder
Yes I wonder, I wonder
Honey, whaddya do for money
Honey, whaddya do for money
Where you get your kicks
You’re loving on the take
And you’re always on the make
Squeezing all the blood out of men
They’re all standing in a queue
Just to spend the night with you
It’s business as usual again
You’re always grabbin’, stabbin’
Trying to get it back in
But girl you must be getting slow
So stop your love on the road
All your digging for gold
You make me wonder
Yes I wonder, yes I wonder
Honey, whaddya do for money
Honey, whaddya do for money
Yeah, whaddya do for money honey, how you get your kicks
Whaddya do for money honey, how you get your licks
Go
Yeow
Honey, whaddya do for money
I said, Honey, whaddya do for money
Oh ho honey
Oh honey
Whaddya do for money
What you gonna do
Honey
Oh yeah honey
Whaddya do for money
What you gonna do
Oh, what you gonna do »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *