Voir ses amis (5/52)

Par défaut

Capture-d_ecran-2014-01-10-a-15.51.50

Une fois par semaine, et ce pendant un an, je me fais plaisir en partageant ici des paroles de chansons qui m’ont marquées. Vous avez d’abord la traduction/transcription en français dudit morceau puis la chanson en tant que telle (avec les paroles d’origine directement à l’écran, retranscrites, ou le clip). Ces chansons – qui concernent tous les styles de musique, vous vous en doutez si vous connaissez un peu mes goûts que je reconnais volontiers être parfois discutables 😉 – sont à mes yeux importantes parce qu’elles m’ont enseigné, et continuent d’ailleurs à m’enseigner, des préceptes.

A chaque fois que je les écoute, j’en tire une ou plusieurs leçons, d’où le titre de l’article concerné qui chaque fois correspond à une recommandation ayant, à mon sens, beaucoup de valeur. Ça me fait kiffer de mettre en avant ici des paroles parce que pour moi la musique ce n’est pas uniquement du son. Le message véhiculé par les artistes étant parfois/souvent tout aussi essentiel. Ces paroles concernent donc tous les sujets. Voici le cinquième volet de cette série.

« Je me suis mis à déconner complètement
Il y a quelque chose qui a sauté là-dedans
Je ne sais pas
Je pense que c’est parce qu’inconsciemment
J’ai eu l’impression de perdre le contrôle
De perdre le contrôle sur toutes les choses
Dans lesquelles j’étais impliqué
Sur tous les éléments de ma vie

Ça m’a plongé dans un état de colère
Absolument indescriptible
C’était insoutenable
C’est comme être enfermé dans une boite sans lumière
Dans laquelle le temps s’arrête
C’est comme être dans les limbes en fait
Tu ne peux plus aller en avant, plus aller en arrière
Tu ne peux plus aller dans aucune direction
Tu es complètement bloqué
À l’arrêt, en panne
Tu as les pieds dans le ciment

Je me suis senti comme un requin-tigre
Vous savez que les requins quand ils n’avancent plus
Ils crèvent
Et le requin tigre, c’est le plus agressif
Quand il est immobilisé, il défonce tout ce qui passe
Et c’est la même chose avec les loups quand tu les coinces

Moi je me servais de la musique et des mots et de l’écriture pour avancer
Pour progresser à travers l’existence
Alors quand j’ai perdu ça, eh bien…
Eh bien j’ai perdu ma capacité à progresser
C’est comme ça que je me suis mis à gueuler

Tu ne peux plus interagir avec le monde
Tu te renfermes petit à petit
Tu deviens totalement hermétique aux autres et au quotidien
Parce que le matin quand tu te réveilles
Et le soir quand tu te couches
Quand tu marches, quand tu bosses
Quand tu parles, quand tu conduis
Tu te répètes en permanence
En permanence
‘Je suis nulle part
Je vais nulle part
Je suis pétrifié
Et je ne serai jamais rien d’autre que ça’

Il faut choisir de ne pas y penser
Choisir que ça n’existe pas
Choisir de ne pas avoir de problème avec ça
Il faut sortir
Il faut voir ses amis
Et attendre que ça revienne »

Fauve
« Requin-Tigre »

Paroles :

Clip :

5/52 : Voir ses amis.
4/52 : S’éloigner de l’agitation – Partie 2.
3/52 : S’éloigner de l’agitation – Partie 1.
2/52 : Accueillir le changement.
1/52 : Ne pas se retenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *