Mat Bastard (ex-Skip The Use) : « Les metalleux sont beaucoup plus tolérants qu’on ne le croit »

Par défaut

A l’occasion de la sortie de son premier album solo prévue pour le printemps, je me suis dit que le contexte était idéal pour parler metal et musique au sens large avec Mat Bastard. Car le chanteur devenu célèbre avec Skip The Use, groupe qui a cessé ses activités fin 2016, est un grand fan du genre et n’a pas sa langue dans sa poche lorsqu’il s’agit d’évoquer ce style qui lui est cher.

Un genre musical que l’on retrouve d’ailleurs sur certains passages de ce nouvel album. « C’est difficile d’évoquer tout ça avec des mots tant il y a différentes influences » m’expliquera l’artiste au cours de cet entretien où il me fera écouter sur son portable des extraits de chansons de ce premier essai qui, c’est vrai, propose aussi bien des plages pop – comme le prouve son premier single More Than Friends – , funky, rock dur voire même metal prog’ (si si croyez-moi sur parole !).

Véritable bête de scène et personnage désormais incontournable du paysage rock français, Mat Bastard donne ci-dessous son point de vue sur Gojira, un groupe dont il est éperdument amoureux, et partage également sa vision de Pantera, Iron Maiden et beaucoup d’autres groupes. Cet entretien évoquant de nombreux sujets différents, et détaillant plus spécifiquement le rapport particulier qu’entretient Mat Bastard au style, il m’a paru plus pertinent de faire partager son discours au discours direct à la manière d’une tribune.

Lire l’interview…

Commentaires à propos d’un commentaire

Par défaut

image

J’apprécie beaucoup Gojira. Sur le plan musical, tout d’abord, avec ce côté organique qui se dégage particulièrement de leurs premières œuvres. Mais surtout ce sont des artistes qui, sur le plan humain, font partie des personnes qui m’inspirent bien au-delà de leurs compos notamment parce qu’ils (me) transmettent beaucoup d’ondes positives par leur paroles, leur philosophie de vie et leur vision du monde.

Quand bien même, ce n’est pas parce que j’aime le groupe (et la personnalité des gars qui le compose) que je ne peux pas essayer d’avoir un semblant d’analyse objective sur le plan de la musique qu’ils proposent. Vous le savez peut-être si vous avez été habitué à me lire pendant des années sur RM, par « analyse objective » j’entends avant tout « honnête » ou en tout cas « lucide », l’objectivité – particulièrement dans le métier du journalisme et probablement en règle générale – étant pour moi une sorte de grand mythe puisque dans les faits je pense sincèrement que tout est toujours une histoire de perception.

Lire la suite