Le choix de Lemmy

Par défaut

« Lemmy ». Quand vous arrivez à un stade où votre nom censé vous définir est finalement moins important aux yeux des gens que votre pseudonyme alors oui, en effet, on peut considérer que vous avez acquis un certain stade de notoriété. C’est le cas, évidemment, de la légende Lemmy Kilmister (de son vrai nom Ian Fraser Kilmister), chanteur/bassiste de Motörhead qui « est Motörhead et joue du rock’n’roll », comme il a coutume de l’indiquer sur scène au début des shows de son groupe depuis plus de quarante ans maintenant.

Et en quatre décennies, il s’en est passé des choses dans la vie de Lemmy ! Avec beaucoup d’abus à la clé qui auront pendant de longues années donné au frontman de Motörhead des allures de navire de guerre insubmersible. Seulement, le temps passant, cette image s’est peu à peu écornée. La faute à différents problèmes de santé (soucis de coeur, problèmes gastrique, déshydratation, problèmes respiratoires et dorsaux…) qui ont clairement affaibli le bonhomme.

Sur le plan physique tout d’abord puisque Lemmy a perdu beaucoup de poids comme le montre les récentes images que l’on peut trouver un peu partout sur la Toile. Et sur le plan de la justesse vocale également comme l’ont prouvé ses récentes prestations assez éloignées de celles auxquelles le public était habitué (sans parler du fait de confondre les paroles de chansons car cela peut arriver à tout le monde). Pas plus tard qu’il y a quelques jours, deux concerts ont d’ailleurs été annulés aux Etats-Unis à cause des soucis respiratoires de Lemmy, l’un à Salt Lake City et l’autre à Denver.

Pour autant doit-on en vouloir à Lemmy de continuer sur les planches malgré le fait d’être affaibli ? Depuis que l’on a appris les soucis de santé de Lemmy, et encore plus ces derniers jours, on voit apparaître de nombreux commentaires, notamment sur les réseaux sociaux, qui insistent sur le fait que Lemmy, par son état de santé, devrait prendre sa retraite et ne plus fouler les planches. Des commentaires parfois même assez virulents du type « c’est pathétique ! ».

Pourtant Lemmy fait bien ce qu’il veut. Et si pour caricaturer le frontman a envie de mourir sur scène, comme Molière l’a fait en son temps, libre à lui car Lemmy Kilmister est le Molière du rock’n’roll. Toute sa vie aura été dédiée à la musique et si certains trouvent pathétique de voir un homme affaibli sur scène, ils feraient mieux de s’interroger pour savoir ce qui au fond de leur cœur les pousse à tenir ce discours… Car il n’est pas impossible que ce soit le rapport que ces gens-là entretiennent à la souffrance et à la vieillesse qui soit problématique, en tout cas bien plus que l’attitude positive de Lemmy le jusqu’au-boutiste.

Lorsqu’on est affaibli, doit-on vraiment aller se cacher dans un coin pour agoniser en silence ? Est-on empêché du moindre fait et geste à cause du regard d’autrui qui n’accepte pas notre souffrance ou qui ne parvient pas à la gérer ? Lemmy qui souffre dans son corps et dans sa chair doit-il aller se finir au Jack Daniel’s dans son appartement de Los Angeles en pensant « à la vie d’avant » ? C’est ce que vous voulez ?

Eh bien pas moi.

Lemmy est un roc. Lemmy est LE rock. Lemmy fait preuve d’un courage exemplaire, comme par exemple Johnny Winter en son temps, en montant sur les planches malgré son état et il est probable que seule l’incapacité physique totale l’empêche un jour de fouler les planches. Jusqu’à son dernier souffle Lemmy respirera le rock’n’roll et c’est tout à son honneur. C’est son choix de continuer de monter sur scène, c’est sa liberté d’agir comme il le souhaite et c’est à nous de l’accepter même si la question de sa capacité à assurer convenablement un concert, donc de sa limite physique à exercer son métier, commence naturellement à se poser.

Pour autant ses récentes prestations (malgré les problèmes évoqués plus haut) restent décentes – Lemmy peut encore jouer et chanter – et les annulations ou concerts écourtés représentent seulement quelques shows sur plus d’une centaine que Motörhead donne à l’année. Néanmoins il paraîtrait assez logique que le groupe doive ralentir son nombre de concerts à l’avenir. « Je leur ai dit que l’année prochaine, au lieu de faire cent-vingt concerts comme cette année, je voulais en faire la moitié. Je veux faire, genre, soixante ou soixante-dix concerts, bien moins. […] Nous avons besoin d’une pause. Je pense que nous pouvons continuer pendant encore pas mal d’années si nous n‘y allons pas comme des dingues. » nous confiait Phil Campbell (guitare) récemment en interview.

En ce moment les temps sont en tout cas vraiment durs pour Lemmy. Encore hier soir soir à Austin, le concert de Motörhead a d’ailleurs été arrêté au bout de trois chansons, Lemmy expliquant à la foule qu’il ne pouvait pas continuer le show. Une conséquence des difficultés rencontrées dans le Colorado il y a quelques jours indique à ce titre le communiqué du combo visible sur Facebook.

Le set des Anglais prévu ce soir à San Antonio n’aura en conséquence pas lieu.

(Article initialement sorti sur le site de Radio Metal)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *