Laisser couler (25/52) – Semaine Spéciale Tool

Par défaut

tool

Une fois par semaine, et ce pendant un an, je me fais plaisir en partageant ici des paroles de chansons qui m’ont marquées. Vous avez d’abord la traduction/transcription en français dudit morceau puis la chanson en tant que telle (avec les paroles d’origine directement à l’écran, retranscrites, ou le clip). Ces chansons – qui concernent tous les styles de musique, vous vous en doutez si vous connaissez un peu mes goûts que je reconnais volontiers être parfois discutables 😉 – sont à mes yeux importantes parce qu’elles m’ont enseigné, et continuent d’ailleurs à m’enseigner, des préceptes.

A chaque fois que je les écoute, j’en tire une ou plusieurs leçons, d’où le titre de l’article concerné qui chaque fois correspond à une recommandation ayant, à mon sens, beaucoup de valeur. Ça me fait kiffer de mettre en avant ici des paroles parce que pour moi la musique ce n’est pas uniquement du son. Le message véhiculé par les artistes étant parfois/souvent tout aussi essentiel. Ces paroles concernent donc tous les sujets. Voici le vingt-cinquième volet de cette série.

« On porte notre rancune comme une couronne de négativité
Calculant ce que nous allons, ou ce que nous n’allons pas, tolérer
Désespérant de contrôler tout et chaque chose
Incapables de pardonner à ceux qui nous font porter la lettre écarlate (1)

On s’y agrippe comme à une pierre angulaire
De peur que tout ne s’effondre
Justifiant les dénégations et s’y cramponnant jusqu’à l’unique fin
On s’y agrippe comme à une pierre angulaire
De peur que tout ne s’effondre
Terrifiés à l’idée d’avoir tort
Cellule de prison de l’ultimatum

Saturne (2) s’élève, en choisit un ou dix
C’est l’attente ou une nouvelle humiliation

On s’y agrippe comme à une pierre angulaire
De peur que tout ne s’effondre
Justifiant les dénégations et s’y cramponnant jusqu’à l’unique fin
Saturne s’élève, revient à nouveau
Saturne s’élève, un, dix
Ignorant du mal causé

On porte notre rancune comme une couronne de négativité
Calculant ce que nous allons, ou ce que nous n’allons pas, tolérer
Désespérant de contrôler tout et chaque chose
Incapables de pardonner à ceux qui nous font porter la lettre écarlate (1)

On porte la rancune comme une couronne
Désespérant de contrôler
Incapables de pardonner
Et nous nous enfonçons plus profondément
On définit, on enferme, on contrôle et on s’enfonce plus profondément

Saturne revient pour tout te montrer
Il te laisse choisir ce que tu ne verras pas et puis
Il te jette à terre comme une pierre où te lance en l’air à nouveau
Il te vomit comme un enfant, léger et innocent

Saturne revient
Il te lance dans les airs comme un enfant ou te jette à terre comme une pierre
Pour te consumer jusqu’à ce que… tu te décides à laisser tomber

Libère la pierre
Laisse les océans prendre et transmuter cette froide ancre de malheur
Libère la pierre
Laisse les eaux embrasser et transmuter en or ces rancunes de plomb

Laisse couler »

Tool
« The Grudge »

(1) Scarlet Lettermen pourrait provenir d’un roman classique américain écrit par Nathaniel Hawthorne et s’intitulant The Scarlet Letter, en français La lettre Ecarlate. Il relate la condition des femmes adultères dans l’Amérique puritaine de l’époque coloniale, qui étaient marquées au fer rouge d’un A pour que la communauté soit au courant de leurs méfaits.

(2) Saturne est le dieu romain des moissons, équivalent du dieu grec Cronos, il se retourne contre son père Uranus roi du ciel et le châtre d’un coup de faucille pour libérer ses frères (Uranus ne voulant pas se faire détrôner par ceux-ci), ensuite ayant peur que ses enfants ne lui fassent subir le même sort, ils les dévorent à leur naissance. Zeus aidé par sa mère en réchappe et libère ses frères. Une fois devenu adulte, Zeus devient maître de l’Olympe et Saturne s’enfuit, il devient ami avec un autre dieu, Janus, c’est une période bénie appelée l’Age d’or. Saturne c’est le symbole d’une fin et d’un début, de la succession des règnes et des saisons, l’ambition, les épreuves, la sagesse, la justice, l’inexorabilité du temps sous forme de Destin et enfin la soif de l’absolu.

Chanson :

25/52 : Laisser couler.
24/52 : Prendre la contre-allée.
23/52 : Se préparer sereinement.
22/52 : Choisir des addictions positives.
21/52 : Trouver les bonnes oreilles.
20/52 : Se reconnecter.
19/52 : Ne pas avoir de remords.
18/52 : Confronter ses démons.
17/52 : Digérer.
16/52 : Crier encore.
15/52 : Préserver l’une des raisons de se lever chaque matin.
14/52 : Graver les choses dans le marbre.
13/52 : Voir plus loin et plus haut que le savoir.
12/52 : Rechercher la Vérité et la Justice.
11/52 : Savoir écouter l’autre.
10/52 : Ne pas avoir peur.
9/52 : Se sauver soi-même.
8/52 : Partir en trip.
7/52 : Avancer avec humilité.
6/52 : Vivre pour quelque chose.
5/52 : Voir ses amis.
4/52 : S’éloigner de l’agitation – Partie 2.
3/52 : S’éloigner de l’agitation – Partie 1.
2/52 : Accueillir le changement.
1/52 : Ne pas se retenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *