Ed Sheeran : un géant solitaire au grand stade

Par défaut

ED-SHEERAN_3981772268195663534

Le 24 mai 2019, Ed Sheeran donnait le coup d’envoi de sa nouvelle tournée qui l’emmènera aux quatre coins de l’Europe sur plus de trente dates, et ce jusqu’à la fin de l’été. Première étape donc à Lyon, où le jeune Anglais de 28 ans faisait le pari de remplir le Groupama Stadium, qui troquait là le football pour les mélodies pop, pour trois concerts d’affilée. Un pari qui fut largement tenu malgré un contexte particulier qui a fait craindre l’annulation, une explosion ayant eu lieu dans le centre de Lyon quelques heures auparavant.

52.000 personnes étaient présentes pour cet événement où trois premières parties avaient la mission de chauffer le formidable outil cher à Jean-Michel Aulas. L’arrivée d’Ed Sheeran étant prévue à 21H.

Artistes : Ed Sheeran – James Bay – Zara Larsson – Ben Kweller
Date : 24 mai 2019
Lieu : Groupama Stadium
Ville : Lyon (69)

Jeans, baskets, tshirt d’un vert douteux (nous sommes tout de même dans l’antre de l’Olympique Lyonnais) : Ed Sheeran donne plutôt l’image d’un bon copain qui arrive sur scène, plutôt que celle d’une star internationale. Mais justement, c’est aussi ce que le public apprécie chez lui : ce côté simple, souriant et abordable finalement bien loin des clichés de rock star. A le voir simplement équipé de sa guitare acoustique devant une foule si immense, on prendrait presque peur pour lui !

Mais le bougre dissipe très vite cette inquiétude avec un « Castle On The Hill » qui donne le ton : ce soir, ce sera deux heures de plaisir, de musique et de partage. Seul en scène, l’artiste est au four et au moulin. Avec trois micros et un pédalier, il enregistre les boucles en live, pour donner la sensation d’un véritable groupe derrière lui. Cette organisation relativement inédite met bien en lumière le talent du bonhomme, d’alchimiste qui « fabrique » pièce après pièce, sample après sample, une chanson complète, vivante, puissante. Cela a l’air presque simple… La sensation est saisissante, mais peut donner, sur la longueur, l’impression d’un bricolage constant, qu’un sample doit rapidement être effacé pour en créer un nouveau, et que finalement, cette expérimentation perpétuelle prendrait le pas sur l’émotion et le partage du moment. Mais c’est peut-être là le seul bémol de la soirée.

edsheeranlive

Les titres pop alternent avec les balades, et le public n’est pas en reste. La communion s’exprime avec des milliers de bras en l’air, des refrains chantés par autant de voix, et les lumières des téléphones qui envahissent le stade pendant « Perfect » donnent des frissons. Le son est étonnamment bon pour un concert à ciel ouvert. Puissant et clair sans pour autant être gênant, le chant de l’Anglais est particulièrement bien mis en valeur. Sur le volet spectacle, une grande structure installée derrière la scène (et divisée en écrans de plusieurs tailles et formes) diffuse les images en live, parfois agrémentées de filtres, de bordures ou, à l’occasion, de petits films. Notamment des images de dragon, que l’on peut voir comme un clin d’oeil à Game Of Thrones, qui sont une référence à The Hobbit, film pour lequel la chanson « I See Fire » a servi de BO. Rien d’extraordinaire, mais de toute façon le spectacle n’est pas là ! Il est sur scène avec l’incarnation même d’un artiste qui ose, qui donne, et qui prend plaisir à faire plaisir.

Une très courte pause pour abandonner son tshirt vert et faire preuve de bon goût avec un maillot de l’équipe de France frappé des deux étoiles, et c’est reparti pour un « Shape Of You » qui marque un sommet du concert tant l’énergie du musicien, et de son public très actif, est importante. Une clôture avec « You Need Me, I don’t Need You » en guise de bouquet final, et l’artiste descend de la scène, serviette sur les épaules tel un boxeur qui a triomphé. Ed Sheeran pose les bases d’une tournée triomphale car, nous pouvons vous l’assurer, ces deux heures sont passées à une vitesse totalement folle…

Setlist :

Castle On The hill
Eraser
3The A Team
Don’t / New Man
Dive
Bloodstream
I Don’t Care
Tenerife Sea
Lego House / Kiss Me / Give Me Love
Galway Girl
Poor Wayfaring Strangfer / I See Fire
Thinking Out Loud
Photograph
Perfect
Nancy Mulligan
Sing
Shape Of You
You Need Me, I Don’t Need You

Report : Gael Morel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *