Triste et signe d’une dynamique globale tournée vers le numérique

Par défaut

FullSizeRender

« Créé sous la Résistance en 1943, le quotidien régional, diffusé dans l’Indre, la Creuse, la Haute-Vienne, la Corrèze et la Dordogne, publie un triste message à sa une ce mercredi : ‘Ce numéro de l’Echo est le dernier. Adieu aux lecteurs’. En difficulté financière, le quotidien de gauche, anciennement proche du Parti communiste, a rendez-vous dans l’après-midi au tribunal de commerce de Limoges, qui devrait sceller son sort. Il invite ses lecteurs à l’y rejoindre pour un ‘au revoir fraternel’.

Alourdi par une dette de 1,7 million d’euros, L’Echo n’a ‘plus assez de lecteurs, plus assez d’annonces légales, plus assez de publicité’, a expliqué son gérant, Frédéric Sénamaud, sur France Bleu. ‘On a fabriqué un produit qui ne correspond pas aux attentes de ses clients et du lectorat en général’, admet le directeur de la publication. ‘C’est aussi une société qui se dématérialise. Le papier devient difficile à vendre. L’information en direct, les réseaux sociaux nous ont porté des coups durs.’

(source : Libération)

A regarder absolument

Par défaut

Voici un reportage sur l’histoire de Charles Manson à regarder absolument. Car il met en avant des histoires musicales, politiques et sociales tout en revenant sur la genèse des fameux faits divers. Cette vidéo souligne, de mon point de vue, les énormes dégâts que peut engendrer la frustration chez l’être humain…

Triboulet ou la répartie ultime !

Par défaut

Triboulet_gravure_de_J._A._Beauce_et_Rouget_385x500

« Nicolas Ferrial, dit Le Févrial, alias Triboulet, né en 1479 à Blois (actuel Loir-et-Cher) et mort en 1536, est le bouffon (nain) de la cour de France sous les règnes de Louis XII et François Ier. Sous le règne de Louis XII, puis sous François Ier, Triboulet appelle le roi de France « Mon Cousin », sans justification aucune. Triboulet ayant ignoré un ordre de François Ier qui lui interdisait de se moquer des dames de la cour ou de la reine, le roi le condamne à mort. Cependant, parce qu’il l’a bien servi durant sa vie, le roi lui accorde le privilège de choisir la manière dont il va mourir. Plein d’esprit, Triboulet répond ceci :

‘Bon sire, par sainte Nitouche et saint Pansard, patrons de la folie, je demande à mourir de vieillesse.’

Le roi, forcé de rire face à la vivacité d’esprit de son bouffon, commua la peine de mort en bannissement. »

#BienJoué 😉
#LHumourPeutNousSauver

Source