Bande-son : entretien de la flamme

Par défaut

fnm

J’ai beaucoup appris grâce aux artistes, et ce à bien des égards. Mon admiration pour eux est sans limite et la volonté de partager cette profonde gratitude, envers tous ces groupes qui ont été partie prenante de ma vie, a toujours été présente. Le tout constituant un moteur aussi bien professionnel que personnel parce que, bien au-delà de simples textes ou de simples chansons, la musique a notamment participé à définir ma philosophie de vie. Je suis donc bien placé pour savoir tout ce que je lui dois.

C’est en ce sens que cette rubrique de mon blog existe. Elle a pour nom « bande-son » et me permet de décrire pourquoi telle ou telle chanson a participé, ou participe, à mon développement personnel. Elle s’appelle « bande-son » parce que, sans vouloir théâtraliser le propos, c’est tout simplement la bande-son de ma vie.

« Votre joie est votre tristesse sans masque, et ce même puits d’où monte votre rire a souvent été rempli de vos larmes. Et comment en serait-il autrement ? Plus la tristesse creusera profond dans votre être, plus vous pourrez contenir de joie. La coupe qui contient votre vin n’est-elle pas justement la coupe qui a été cuite dans le four du potier ? Et le luth qui apaise votre esprit n’est-il pas fait justement d’un bois évidé par des couteaux ?

Lorsque vous êtes joyeux, regardez au plus profond de votre cœur et vous découvrirez que c’est seulement ce qui vous a donné de la tristesse qui vous donne de la joie. Lorsque vous serez envahi de tristesse, regardez de nouveau dans votre coeur, et vous verrez qu’en vérité vous pleurez pour ce qui avait fait vos délices.

Quelques-uns d’entre vous disent, ‘La joie est plus grande que la tristesse’, et d’autres disent, ‘Non, c’est la tristesse qui est la plus grande’. Mais je vous le dis, elles sont inséparables. Elles viennent ensemble, et quand l’une est assise seule avec vous à votre table, n’oubliez pas que l’autre est endormie sur votre lit.

En vérité, comme les balances vous êtes suspendu entre votre tristesse et votre joie. C’est seulement lorsque vous êtes vide que vous êtes immobile et à l’équilibre. »

Khalil Gibran – Le Prophète

La joie expliquée en musique par Faith No More sur « The Real Thing » :

Paroles :

« Je connais ce sentiment
Authentique sentiment
L’essence de la vérité
L’instant parfait
Cet instant magique
Je sais que tu le ressens aussi

Je connais ce sentiment
Authentique sentiment
Tu n’as pas d’autre choix que de l’accepter
Non !

C’est comme la structure sous la peau
Tu dois tendre les bras et tout ramener à toi
Et tu te sens trop proche
Mais tu en avales une autre dose
L’apogée du bonheur
Qui remplit ton âme
Tu ne penses pas pouvoir en reprendre
Tu ne veux jamais t’arrêter

Pour atteindre les racines de l’expérience
Les ingrédients les plus fondamentaux
Pour voir l’éclat imperceptible de la vie
Et sentir la saleté, le chagrin, la colère et le conflit
Chérir la certitude de l’instant présent
Ça te tue petit à petit
Et berce l’inspiration
Tu t’en tordras de douleur au sol

C’est tellement irréel, ce que je ressens
Cette ingestion, la vie est déformée
Je peux porter
Un coup du sort
Dans tout mon être
Contente-toi de serrer les dents
Et de ne faire aucun bruit
Prends du recul

Et regarde autour de toi
Contente-toi de serrer le poing
Et de fermer les yeux
Regarde au fond de toi
Entre en hypnose
Le murmure n’est qu’un cri
C’est tout l’intérêt de tout ça
Oui, l’extasie
Tu peux prier
Tu ne la laisseras jamais s’échapper

Telle une chanson sacrée que quelqu’un chanterait à travers toi
Telle une chair si chaude que l’épine s’y enfonce
Tel un rêve qui, tu le sais, prendra vie un jour
Essaie de tenir un peu plus longtemps, plus longtemps, plus fort, plus fort
C’est le joyau de la victoire
L’abîme de la misère
Et lorsque tu auras atteint le noyau
Tu reconnaîtras toujours cette saveur
La divinité en une fraction de seconde
Tu bois le ciel jusqu’à la dernière goutte
Le paradis tout entier est dans tes bras

Tu en connais la raison
Elle est sous tes yeux, seule
Et ton être, c’est tout
Tu développes une vie au sein d’une autre
Les lèvres de l’émerveillement embrassent ton être intérieur
Et quand c’est fini, le sentiment persiste
Tout se réduit à lui
La fumée se dissipe, je vois
Ce qui m’a fait ressentir ça

Je connais ce sentiment
Authentique sentiment
L’essence de la vérité
L’instant parfait
Cet instant magique
Je sais que tu le ressens aussi
Je connais ce sentiment
Authentique sentiment
Tu n’as pas d’autre choix que de l’accepter

C’est tellement irréel, ce que je ressens
Submerge, vends ton âme
Sens le sang
Pomper dans tes veines
Impossible d’expliquer
C’est l’élément qui compose tout
Contente-toi de serrer le poing
Et de fermer les yeux
Regarde au fond de toi
Entre en hypnose
Oui, l’extasie
Tu peux prier
Tu ne la laisseras jamais s’échapper
Oui, l’extasie
Tu peux prier
Tu ne la laisseras jamais s’échapper
Tu ne la laisseras jamais s’échapper
Tu ne la laisseras jamais s’échapper

Tels les échos des rires de ton enfance, pour l’éternité
Telle la première fois que l’amour t’a poussé à suivre son chemin, dans le silence
Tel le battement de ton cœur lorsque tu prends conscience que tu meurs, mais tu essaies
Telle ta façon d’implorer une fin heureuse »

Autres articles dans le cadre de cette rubrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *