Alexandre Lacazette : s’immuniser pour avancer

Par défaut

Pour beaucoup de gens, footballeur est un métier qui n’a que des avantages. En effet, du côté du commun des mortels, quand on pense au footeux c’est souvent le diptyque « argent/gloire » qui se dégage de la réflexion globale. Or, s’il est probable que taper dans un ballon est beaucoup moins éreintant que de pointer à l’usine tous les matins, cette vie-là nécessite d’accepter certaines injustices forcément horripilantes pour n’importe quel être humain normalement constitué.

Je me faisais cette remarque en entendant les sifflets d’une partie du public de Gerland lorsqu’Alexandre Lacazette est sorti du terrain à l’heure de jeu le 22 août dernier à l’occasion du match contre Rennes.

Meilleur buteur du championnat l’année dernière avec la bagatelle de 27 buts, Alexandre Lacazette a changé de statut – avec la revalorisation salariale qui va avec -, pour entrer dans une nouvelle dimension : celle des joueurs majeurs qui apparaissent comme la clé de voûte d’un collectif et dont chaque (faux) pas sera examiné, détaillé, décortiqué et analysé à la loupe.

Le lot des personnages importants en somme.

Conséquence directe : le public de Gerland est devenu encore plus exigeant avec lui. Forcément injustes, surtout au regard de la saison gigantesque que le joueur a effectué l’année dernière – une réussite qui fut une bonne surprise pour tous les suiveurs du club, il faut quand même le rappeler dans le but de souligner l’aspect disproportionné des reproches actuels – les sifflets évoqués ci-dessus venaient en fait sanctionner une prestation en demi-teinte, pour ne pas dire franchement léthargique, d’un joueur qui a eu du mal à digérer la période estivale (notamment certaines déclarations publiques présidentielles liées au marché des transferts).

Pour parachever le tout, et outre cette défiance d’une certaine partie du public de Gerland (les sifflets venaent des tribunes de Gerland mais aussi des virages même si fort heureusement l’attaquant sera ensuite acclamé par les kops des deux virages), Alexandre Lacazette n’a étonnamment pas reçu le soutien public de son entraîneur après sa prestation manquée alors que, comme l’indique le journaliste Bilel Ghazi dans l’Equipe, il avait visiblement joué sous infiltration à la demande du club… Le joueur a d’ailleurs ensuite déclaré sur Twitter qu’il allait prendre un peu de temps pour se soigner dans le but d’être à 100% pour son club. Son retour est d’ailleurs normalement programmé pour le match de demain contre Lille (17H).

Alexandre Lacazette, pour toutes ces raisons, traverse en conséquence une période difficile. Il doit probablement se dire qu’il ne mérite pas un traitement pareil de la part des supporters et de l’entourage du club et si c’est le cas il faut reconnaître – sans vouloir le victimiser et sans être dans le secret des Dieux – qu’il a probablement raison de le penser.

il doit en effet être quand même assez compliqué d’accepter, dans cet univers du football et des personnages publics en règle générale, les constantes critiques et jugements de valeurs, souvent injustes et infondés, qui ne cesseront jamais même à la lumière des statistiques et des faits. A ce titre, l’exemple Lacazette est révélateur. Même si ses débuts sur cette saison sont délicats et qu’il n’a pas été au niveau, le joueur a (pour caricaturer ?) porté à bout de bras l’OL l’année dernière et il constate aujourd’hui qu’à la moindre baisse de régime il peut devenir le bouc émissaire idéal dès que les choses ne vont pas dans le bon sens pour son équipe, ce qui est une forme d’injustice. Il faut donc que le joueur ait les épaules solides pour comprendre cet état de fait, l’assimiler et l’accepter pour ensuite agir dans le but de faire changer cet état d’esprit négatif d’une partie du public et des détracteurs en étant performant sur le terrain (ce qui reste évidemment le plus important et la seule réponse à apporter quand on est un joueur).

Accepter l’injustice du jugement, et se battre pour retourner la situation, est un drôle de combat personnel qui nécessite une vraie prise de distance par rapport aux choses et je suis assez admiratif, qu’on touche ou pas un salaire de plusieurs centaines de milliers d’euros par mois, quand une personne parvient à mettre sa rancœur de côté pour avancer. Car ce n’est jamais chose aisée.

En somme pour Alexandre Lacazette version 2015/2016, apprendre à s’immuniser contre les Injustices et l’ingratitude de certains fait probablement partie du métier et peut être interprété comme la rançon de la gloire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *